Auto-école solidaire

Le permis de conduire est comme le sésame vers l’autonomie. Nous avons crée en 2010 une auto-école sociale qui permet à certains de mettre en oeuvre un projet professionnel. Différente des auto-écoles classiques, elle développe une pédagogie adaptée aux publics accompagnés.

En 2019, le taux de réussite au permis de conduire est de 80% ce qui représente 25 permis obtenus. Grâce au précieux document, 18 personnes ont retrouvé ou se sont maintenues en emploi et 3 personnes ont démarré une formation.

Depuis mars 2018, le code de la route prévoit une réduction de la durée du permis probatoire et la majoration de points sur le permis de conduire pour les jeunes conducteurs qui s’engagent dans une démarche volontaire de formation complémentaire au permis de conduire.

Cette formation, d’une durée d’une journée, a lieu entre le sixième et le douzième mois après l’obtention du permis de conduire, permet de réfléchir sur sa pratique et les comportements à adopter afin d’avoir une conduite sûre et responsable. L’auto-école sociale TARMAC ne propose pas cette formation mais invite à s’engager dans ce dispositif. Il contribue à limiter la surreprésentation des jeunes dans la mortalité et la morbidité sur la route.

Outre la participation volontaire à cette formation, vous devrez également ne pas commettre d’infraction susceptible d’entrainer un retrait de point pour bénéficier de cette réduction d’une année de votre période de probation.

Seules les écoles de conduite disposant du Label « Qualité des formations au sein des écoles de conduite » peuvent dispenser cette formation : https://www.securite-routiere.gouv.fr/passer-son-permis-de-conduire/inscription-et-formation/inscription-dans-une-ecole-de-conduite/les.

  • Procédé de positionnement et d’évaluation : Procédure d’évaluation
  • Organisation des formations théoriques et pratiquesCritères
  • Modalités de traitement des réclamations : Réclamations
  • Modes de financement de la formation préparatoire aux examens du permis de conduire :
      • Conseil Départemental pour les bénéficiaires du RSA (via une prescription par l’association Carbur’Pera).
      • Pôle Emploi pour les demandeurs d’emploi (aide forfaitaire à l’obtention du permis de conduire de 1200€, aide individuelle à la formation).
      • Mobilisation du Compte Personnel de Formation (CPF) pour toute personne l’ayant créé et qui serait abondé (l’auto-école sociale TARMAC est en cours de référencement).
      • OPCO pour les salariés (en attente du référencement sur le CPF).
      • Fonds propres du stagiaire pour financer en partie ou intégralement la formation.
      • En fonction de la situation du stagiaire, plusieurs mode de financements peuvent être utilisés.
  • Conduite Accompagnée / supervisée : l’auto-école sociale TARMAC ne propose pas l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) et supervisée (CS), car ces formations ne correspondent pas au public accompagné par l’auto-école sociale.

Pour des informations complémentaires sur les formations AAC et CS, vous pouvez consulter le lien suivant :

https://www.securite-routiere.gouv.fr/sites/default/files/2019-01/depliantconduiteaccompagnee_2015_a3_bd1.pdf.

De même, nous ne proposons pas de formations aux catégories de permis de conduire suivantes : AM, A1, A2, A, ainsi que pour la conduite des véhicules de catégorie L5e.

Témoignage : Une journée avec Christiane, monitrice auto-école

Christiane a développé une méthode bien à elle, s’appliquant à respecter les rythmes d’apprentissage de chacun, à s’adapter aux logiques et façons de pensée, à dédramatiser, surtout, les blocages et les difficultés. « Pour moi, le propre de la pédagogie est de se mettre au niveau de l’élève, de comprendre sa logique d’apprentissage pour pouvoir s’y adapter et emprunter, si besoin, des chemins différents ». Autrefois à son compte, elle est depuis une dizaine d’années responsable et monitrice de l’auto-école sociale mise en place par le Pôle Insertion de TARMAC. Face à des personnes pour lesquelles accéder au permis de conduire revient à déplacer une montagne, Christiane Blanchard se sent comme un poisson dans l’eau.

Lire plus...

« Je me situe dans la continuité de ce que j’ai toujours fait : trouver des ficelles pour dédramatiser. Quels que soient les publics, le permis est un examen qui génère beaucoup de stress. La pression sociétale est très forte. Qui ne conduit pas est vite perçu comme un incapable. S’ajoute la question de l’accès à l’emploi, pour lequel le permis est souvent un pré-requis », analyse-telle.

Sans compter des dimensions symboliques : la promiscuité dans laquelle se déroule l’examen, l’impression d’être scruté, attendu au tournant… « On n’est pas loin, parfois, du sketch de Jean Yanne, avec cette idée d’un inspecteur tout puissant. »

80%

de réussite au permis de conduire,
soit 25 personnes.

18

personnes ont retrouvé
ou se sont maintenues en emploi

3

personnes ont pu suivre
une formation grâce
à leur permis de conduire